Déploiement de la 5G – réponse à l’enquête publique IBPT

L’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications) régule les communications électroniques, l’utilisation du spectre et les services postaux. C’est cet organisme qui distribue les fréquences nécessaires – notamment – au déploiement de la 5G sur le territoire national. À ce titre, l’IBPT a ouvert le 23 mars 2020 une enquête publique concernant l’octroi de droits d’utilisation de la bande 3600 – 3800 MHz.

À peu près au même moment, l’opérateur Proximus lançait une vaste campagne marketing, annonçant le déploiement de la 5G sur 30 communes wallonnes. Cette campagne est interpelante à plus d’un titre :

  • D’abord, elle tombe en pleine période de confinement, ce qui lui donne un caractère agressif et violent très mal perçu par de nombreux citoyens.
  • Ensuite, elle est lancée alors que l’enquête concernant l’attribution des bandes de fréquence n’est pas terminée!

Alors quoi? 

L’Observatoire de l’Environnement a voulu y voir plus clair. Nous avons découvert que ce déploiement quasi obsessionnel de la 5G répond à une stratégie établie au plus haut niveau (la Commission européenne), mais est visiblement contestée par de nombreux acteurs, notamment le Conseil de l’Europe. Cacophonie.

Même son de cloche en ce qui concerne les impacts de la 5G sur l’environnement et la santé. Les opérateurs clament “aucun risque”, mais visiblement aucune étude sérieuse ne permet de corroborer cette conclusion. Incohérence.

En tous les cas, c’était pour nous la bonne occasion pour répondre à l’enquête publique de l’IBPT, et surtout mettre sur papier nos exigences citoyennes par rapport à ce déploiement.

Vous souhaitez suivre le dossier, ou nous soutenir? N’hésitez pas à devenir membre, pour faire entendre votre voix!

X