Nobles travailleurs de l’ombre

Prendre le temps de s’arrêter, écouter, regarder, sentir. Laisser le temps passer en s’imprégnant du lieu et de l’instant. Si nous laissons nos sens prendre le dessus, nous permettons à notre cerveau, sans cesse bombardé d’informations, de s’adapter au rythme de la nature qui l’entoure. 

En laissant nos oreilles s’habituer au silence, très vite, de petits sons, quasi inaudibles, font surface et nous permettent de localiser un insecte ou un oiseau. Il en va de même avec notre vue. En prenant le temps de regarder, de balayer lentement ce qui nous entoure, nous détectons un mouvement, une agitation, une vie en pleine action.

Géotrupe des bois - Crédit photo : Laloy Florian

Prendre le temps de regarder autour de nous lors d’une promenade nous permet non seulement d’observer de belles choses et de vivre des instants magiques, mais aussi de nous rendre compte que nous faisons partie d’un ensemble, qu’autour de nous, la nature regorge de vie et d’activités. 

Des milliers de Vivants travaillent d’arrache-pied et s’affairent à tout un tas de besognes qui sont essentielles à notre planète, au bon fonctionnement de son écosystème, au bien-être de chaque espèce et donc de la nôtre. 

Prenons le cas du Géotrupe des bois (photo ci-dessus). Il est quasi impossible de ne pas le rencontrer lors des promenades en forêt. Noir, avec des reflets bleus métalliques sur le ventre, il est ce qu’on appelle un bousier. Ces insectes, très répandus, jouent un rôle essentiel, notamment en recyclant les excréments de mammifères par exemple.

Au-delà du fait de nettoyer nos campagnes et forêts, ce scarabée nous rend une quantité de services que l’on peut qualifier de services écosystémiques. Un autre exemple très connu de ce genre de services est celui rendu par les abeilles en tant que pollinisateurs. Nous pourrions définir très simplement ce genre de services comme étant des avantages matériels ou immatériels que l’homme retire des écosystèmes.

Crédit photo : Laloy Florian

Prendre conscience de tout le travail qu’accomplissent ces travailleurs de l’ombre et surtout de la haute importance de celui-ci quant à la survie de notre planète et donc également de l’espèce humaine est capital. Prenons donc le temps, en nous baladant, de nous arrêter et d’écouter la vie se dérouler pour nous et devant nous. 

Pour revenir à notre coléoptère, noble nettoyeur des bois, voyons comment ses amis bousiers d’Afrique font le même travail que lui dans nos campagnes. “Le bousier une vie de m**de”, une vidéo de la chaîne YouTube Zapping Sauvage.

X